Château d’Halloy, Vaudricourt, 1907

Ce château, construit au XIXe siècle, était la résidence d’un petit-fils de Louis-Dominique-Arthur de Lencquesaing* : Roger-Joseph-Marie Fouache d’Halloy (Lille, 1869 – château de Vaudricourt (Pas-de-Calais), 1951), chevalier de la Légion d’honneur, croix de guerre 1914-1918, ancien élève de l’École Polytechnique, chef d’escadron e.r, maire de Vaudricourt de 1906 à 1944. Il avait épousé à Vaudricourt le 4 août 1897 Magdeleine-Joséphine-Marie Herreng (Vaudricourt, 1876 –  château de Vaudricourt, 1946), fille de Paul-Marie Herreng et de Marie-Caroline Hurbiez. Dont postérité.

*. Fille de Louis-Dominique-Arthur de Lencquesaing (1809-1887) et de Mélanie Vandercruisse de Waziers (1816-1906), Louise-Hélène-Marie (Lille, 1847-Paris, 1921) épousa en 1868 Jacques-Louis Fouache d’Halloy (Amiens, 1840-Paris (19, avenue d’Eylau), 1915). Elle est enterrée auprès de son mari dans le caveau familial au cimetière Montparnasse. Dont postérité.

Le château de Vaudricourt a été cédé en 1952 aux prêtres polonais arrivés après la seconde guerre mondiale. Il a servi à la fois d’internat et de lieu de rencontre des familles de mineurs polonais arrivées massivement dans les localités voisines à partir de 1930. Il a accueilli en octobre 1981 Lech Wałęsa, figure emblématique de la Pologne s’affranchissant de l’influence de l’URSS à partir de la fin des années 1970, prix Nobel de la paix en 1983. Aujourd’hui, l’endroit sert de maison de repos pour les prêtres âgés ou souffrants. Il abrite aussi un institut de recherches sur l’identité polonaise.

Au château d’Halloy. Vaudricourt, 1907. © Archives du château de Laprée, Quiestède. Les personnages ne sont pas identifiés. Sur la seconde photographie, les trois filles de Roger d’Halloy et de Madeleine Herreng sont peut-être présentes : Françoise-Marie-Joseph (Douai, 1898-Fontainebleau, 1987), future madame Henry-Paul-Georges-Joseph Blondel (Paris, 1890-Rabat, 1960) ; Marie-Thérèse (Vaudricourt, 1899-Bienville, 1976), future madame Marie-Paul-Robert Lemut (v.1896-1969) ; Edith-Marie (Douai, 1901-1978), future madame Eugène de Monteville (1897-1975).

Source : © Archives du château de Laprée, Quiestède.

Document complémentaire : Journée polonaise avec Lech Wałęsa, 18 octobre 1981. Fresque numérique Mineurs du Monde. (consulter)


Cartographie du site Internet

Cartel de l’illustration (haut de page) : L’institut Saint-Casimir à Vaudricourt, ancien château d’Halloy. Photographie, 2015. © http://associationjeanpaul2.free.fr/m2.html


Dernière relecture : Lille, 19/08/2015.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s